Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
monpetitcarnetdelecture.over-blog.com

Vous êtes en panne de lecture? N'hésitez pas à feuilleter mon petit carnet de lecture pour y trouver des idées de livres à lire mais aussi parfois à éviter...! Plus jeune (avant l'arrivée d'internet ! ) je résumais mes lectures dans un carnet, je me suis dit qu'un blog me permettrait en plus de partager mes impressions de lectures avec d'autres lecteurs compulsifs. Alors bonnes lectures à toutes et à tous !

Trois jours et une vie - Pierre Lemaitre

Un petit garçon, Rémi Desmedt, a mystérieusement disparu. On s’attend logiquement à un classique roman policier d’autant plus que l’auteur est spécialisé dans le genre (exception faite de son ouvrage précédent Au revoir là-haut, goncourt 2013). Mais ça n’est pas le cas car on sait d’emblée qui a commis le meurtre : Antoine, un adolescent de 12 ans. Et pourtant on ne peut se détacher de cette histoire. Le suspense est ailleurs : tout l’intérêt de ce roman réside dans la psychologie d’Antoine. On se met à sa place, on ressent le cataclysme émotionnel qui s’abat sur lui après son geste irréparable. On se demande tout comme lui s’il sera découvert ou si la tempête de 99 qui s’abat sur la ville juste après le crime suffira à faire disparaître toutes les preuves ; si Antoine va se livrer pour soulager sa conscience ; s'il va pouvoir vivre avec un tel poids sur les épaules…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Emilie a très bien cerné le nœud essentiel de l’histoire, tout repose sur la capacité d’Antoine à assumer, ou à surmonter le drame qui est en lui. Et l’auteur, dans la relation qu’il fait de la vie au quotidien des habitants de cette bourgade, dans un premier temps à la suite de la disparition d’un enfant de six ans et ensuite au cœur de la tempête qui les affecte à peu près tous, à des degrés divers, nous rend nous-mêmes des acteurs potentiels, ou des victimes, des deux séismes. Plus encore, le tourment d’Antoine peut un jour, ou a pu, ou aurait pu être le nôtre. On voudrait qu’Antoine sorte d’un cauchemar, apprendre que le petit Rémi est vivant, parce que cela nous libérerait de notre propre angoisse au regard d’une tragédie qui pourrait être la nôtre. Mais rien y fait, le destin semble même s’acharner sur Antoine, il sera à jamais le prisonnier de son geste infanticide. Le dénouement…on laissera aux futurs lecteurs le soin d’aller le découvrir, dans les toutes dernières pages d’un excellent roman, bien souligné par Emilie, et qui mérite vraiment que l’on s’y penche.
Répondre
E
Je suis entièrement d'accord avec le commentaire d'Alain : tout ça tient à peu de choses. On a l'impression qu'on aurait pu être à la place d'Antoine et on a envie que son cauchemar s'arrête...