Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
monpetitcarnetdelecture.over-blog.com

Vous êtes en panne de lecture? N'hésitez pas à feuilleter mon petit carnet de lecture pour y trouver des idées de livres à lire mais aussi parfois à éviter...! Plus jeune (avant l'arrivée d'internet ! ) je résumais mes lectures dans un carnet, je me suis dit qu'un blog me permettrait en plus de partager mes impressions de lectures avec d'autres lecteurs compulsifs. Alors bonnes lectures à toutes et à tous !

Vers la beauté – David Foenkinos (Gallimard)

Antoine Duris était professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Il a tout plaqué et s’est fait embaucher comme gardien de salle au musée d’Orsay. Il passe ses journées face à un tableau de Modigliani représentant Jeanne Hébuterne. On sent tout de suite qu’Antoine Duris a vécu quelque chose de très douloureux. Il n’y a que face à la beauté d’une œuvre d’art qu’il semble s’apaiser. Toute la question pour le lecteur est de savoir ce qui lui est arrivé pour qu’il abandonne tout comme ça. Quel traumatisme l’a conduit dans cette salle du musée d’Orsay ? J’ai beaucoup aimé le personnage d’Antoine Duris qui, comme souvent chez Foenkinos, est perdu. Il est inadapté au monde qui l’entoure. Il a de gros problèmes pour communiquer. Il n’a qu’une envie : se fondre dans le décor. J’ai moins aimé la seconde partie du roman dans laquelle on revient sur les mois qui ont précédé l’arrivée d’Antoine au musée d’Orsay. Il a vécu une rupture amoureuse mais ça n’est pas la raison de sa fuite. Tout est lié à une de ses élèves, Camille. La partie consacrée à cette jeune fille est intense mais j’ai regretté la quasi disparition d’Antoine pendant ces pages et je suis restée sceptique quand j’ai compris pourquoi il était parti traumatisé se réfugier dans un musée. Je vous laisse juger. Une lecture en demi-teinte donc : beaucoup de plaisir à retrouver Foenkinos et ses personnages cabossés mais un peu de déception aussi.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article