Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
monpetitcarnetdelecture.over-blog.com

Vous êtes en panne de lecture? N'hésitez pas à feuilleter mon petit carnet de lecture pour y trouver des idées de livres à lire mais aussi parfois à éviter...! Plus jeune (avant l'arrivée d'internet ! ) je résumais mes lectures dans un carnet, je me suis dit qu'un blog me permettrait en plus de partager mes impressions de lectures avec d'autres lecteurs compulsifs. Alors bonnes lectures à toutes et à tous !

Au petit bonheur la chance – Aurélie Valognes (Mazarine)

Autant le dire tout de suite le dernier roman d’Aurélie Valognes, Minute papillon (voir l’article paru sur ce blog), m’avait franchement déçue. J’avais trouvé les personnages caricaturaux, l’intrigue trop facile, le roman trop calqué sur les précédents succès de l’auteur. Comme quoi il ne faut jamais rester sur une mauvaise impression car j’ai vraiment beaucoup apprécié Au petit bonheur la chance. On y découvre le petit Jean, 6 ans, que sa mère Marie laisse chez Mémé Lucette le temps de trouver un travail et un logement pour eux sur Paris. Jean est un petit garçon très attachant, doté d’une joie de vivre communicative malgré les circonstances, et qui arrive très vite à se mettre le lecteur dans la poche tout comme Mémé Lucette en dépit de son apparence revêche. Le problème c’est que Marie ne revient pas de Paris et se contente d’envoyer une ou deux cartes postales très succinctes. Le provisoire dure et le petit Jean se laisse envahir par la tristesse mais, heureusement, jamais pour très longtemps. Si les personnages sont très attachants, le plaisir de la lecture vient aussi de la plongée dans une époque, celle des années 68, qui, même si on ne l’a pas connue nous-mêmes (comme c’est mon cas), nous est tout de même très familière par les récits qu’ont pu nous faire nos parents. Le décalage entre l’appartement de Mémé Lucette dénué de tout confort (sans wc, sans eau courante), et celui de tante Françoise nous permet de constater les énormes avancées de l’époque : arrivée du frigo, de la télé…etc… La couverture du livre est à elle seule le symbole d’une époque : celle de la mode des papiers peints improbables (qui ont d’ailleurs parfois perduré…j’en ai encore les yeux qui piquent quand je repense à certaines fleurs de mon appartement d’enfance !). Ce livre est un « feel good book » mais, cette fois-ci, dans le bon sens du terme. Il donne le sourire tout en nous faisant réfléchir notamment sur la place de la femme dans la société de l’époque à travers le personnage de Marie, la mère de Jean, et surtout en rappelant l’importance des relations humaines. A lire sans aucune hésitation.   

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article