Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
monpetitcarnetdelecture.over-blog.com

Vous êtes en panne de lecture? N'hésitez pas à feuilleter mon petit carnet de lecture pour y trouver des idées de livres à lire mais aussi parfois à éviter...! Plus jeune (avant l'arrivée d'internet ! ) je résumais mes lectures dans un carnet, je me suis dit qu'un blog me permettrait en plus de partager mes impressions de lectures avec d'autres lecteurs compulsifs. Alors bonnes lectures à toutes et à tous !

Les rêveurs – Isabelle Carré (grasset)

Je me suis tournée vers ce livre car l’auteur est une actrice qui me plaît beaucoup. Les rêveurs est un roman autobiographique qui m’a permis de découvrir une Isabelle Carré beaucoup plus complexe que l’image qu’elle donne habituellement. Son enfance n’a pas été simple avec ses parents tous les deux assez « borderlines ». La liberté des enfants dans cette famille était totale, certainement excessive, au point d’avoir créé chez eux un fort sentiment d’insécurité. C’est sans doute ce qui a poussé la jeune Isabelle à l’âge de 3-4 ans à sauter par une fenêtre du château de ses grands-parents de peur que sa mère ne l’abandonne là…Plus tard, à 14 ans, Isabelle, adolescente, prendra des médicaments pour mettre fin à ses jours et passera quelques temps dans un hôpital psychiatrique… c’est d’ailleurs ce séjour qui l’amènera au théâtre, seul endroit suffisamment protecteur pour lui permettre d’exprimer ses émotions. D’autres épreuves l’attendent ensuite : la séparation de ses parents suite à l’annonce de l’homosexualité de son père, l’incarcération de son père liée à des soucis dans son travail qui amènera Isabelle à lui rendre souvent visite en prison. Je me rends compte que tout ce que je viens d’écrire ne rend pas justice au livre qui n’est pas du tout démoralisant. Au contraire il en ressort une certaine légèreté et beaucoup d’espoir quand on voit ce que cette enfance chaotique a donné ensuite. Cela tient peut-être aussi à la forme non linéaire du récit : les souvenirs se mêlent sans lien chronologique, les bons et les mauvais. Le plaisir de lecture a aussi tenu en ce qui me concerne à la plongée dans une époque, les années 70 (les premiers baladeurs à cassettes : toute une époque !), que j’ai moi aussi connue à peu près au même âge.  Dans la famille d’Isabelle Carré, les gens sont des « rêveurs » inadaptés au réel, c’est sans doute ce qui m’a tant plu chez l’actrice, sa fragilité, sa complexité, son décalage face à la norme.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article