Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
monpetitcarnetdelecture.over-blog.com

Vous êtes en panne de lecture? N'hésitez pas à feuilleter mon petit carnet de lecture pour y trouver des idées de livres à lire mais aussi parfois à éviter...! Plus jeune (avant l'arrivée d'internet ! ) je résumais mes lectures dans un carnet, je me suis dit qu'un blog me permettrait en plus de partager mes impressions de lectures avec d'autres lecteurs compulsifs. Alors bonnes lectures à toutes et à tous !

Une chance sur un milliard – Gilles Legardinier

Adrien, le personnage principal de ce roman, est un jeune trentenaire à la vie professionnelle florissante depuis qu’il a mis au point un outil statistique de prévision des risques. Son père étant décédé dans un accident hautement improbable, Adrien est rassuré par tout ce qui peut être chiffré, prédit, inscrit dans des cases. Malheureusement l’impondérable existe toujours et Adrien en est à son tour victime quand son meilleur ami médecin lui apprend dès le début du roman qu’il souffre d’une maladie très rare et qu’il ne lui reste probablement qu’une année à vivre. Comment réagir face à une telle annonce ? Après le choc et la sidération, Adrien ne voit qu’une solution : se recentrer sur l’essentiel et, pour lui, ce sont les relations humaines, celles qui comptent vraiment. Il va donc partir à la rencontre de ceux qu’il aime et à la reconquête de celle qui l’a quitté et qui l’obsède toujours : Cassandra. Et ça ne va pas être de tout repos car Adrien et son meilleur ami Nico ont le chic pour se retrouver dans des situations tordues. On touche là à l’ambivalence de ce roman : le thème est loin d’être gai mais l’écriture fait tout pour dédramatiser la situation en utilisant l’humour qui peut aller jusqu’au grotesque. Par rapport à d’autres romans de cet auteur, j’ai trouvé celui-ci plus réussi car le thème suscite plus de réflexion sur la vie et sur ce qui compte vraiment. De deux choses l’une : ou on se laisse porter par cette histoire en acceptant le côté parfois loufoque ou ce côté loufoque bloque la lecture. Pour moi, cette fois-ci, le dosage était le bon : j’ai lu le livre avec plaisir, même si la fin le fait définitivement basculer dans la catégorie « feel good book » (« livre qui fait du bien ») ce qui aurait pu être évité.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bonjour Emilie,
Tu me donnes envie de découvrir cet auteur, mais juste une petite chose pour te taquiner; pourquoi nous le mettre dans la catégorie des "feel good book" ? le "livre qui fait du bien" aurait suffi"...ask to your father what he thinks about that...
Répondre
E
Bonjour Alain,
Tu as tout à fait raison ! Je vais changer ça pour les prochaines fois même si je constate que tu es parfaitement bilingue !!! J'ai bien aimé aussi les librairies qui ont préféré "clic et cueillette" plutôt que 'click and collect" pendant le confinement !
Bises.