Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
monpetitcarnetdelecture.over-blog.com

Vous êtes en panne de lecture? N'hésitez pas à feuilleter mon petit carnet de lecture pour y trouver des idées de livres à lire mais aussi parfois à éviter...! Plus jeune (avant l'arrivée d'internet ! ) je résumais mes lectures dans un carnet, je me suis dit qu'un blog me permettrait en plus de partager mes impressions de lectures avec d'autres lecteurs compulsifs. Alors bonnes lectures à toutes et à tous !

La traversée des temps tome 1 : Paradis Perdus – Eric-Emmanuel Schmitt

Eric-Emmanuel Schmitt qui nous a habitués à des textes plutôt courts se lance dans une aventure assez inattendue qu’il dit mûrir depuis le début de sa carrière : il va nous raconter l’histoire des hommes du néolithique jusqu’à nos jours à travers huit tomes (le premier contient presque 600 pages). J’ai eu quelques craintes au départ car ce que j’aime particulièrement chez cet auteur c’est son talent de conteur et son écriture fluide. L’idée qu’il y ajoute de multiples détails historiques et qu’il s’aventure dans le format très long m’inquiétait. Mais finalement j’ai été très agréablement surprise. J’ai retrouvé ce que j’aime chez EE Schmitt et je n’ai pas lâché ce roman et son personnage principal, Noam. Il a une petite particularité qu’on comprend très vite : il ne vieillit pas et ne meurt pas. Il traverse donc toutes les époques. On le découvre au début du texte à notre époque très étonné par ce qu’il découvre et notamment par l’état de la planète. C’est cette vision angoissante, cette peur que l’homme ait enclenché sa propre destruction en s’attaquant à la nature, qui pousse Noam à prendre la plume pour raconter son histoire et donc celle de l’humanité. Il nous entraîne avec lui à la découverte du peuple qui l’a vu naître il y a 8000 ans près d’un lac. On découvre avec lui la vie à cette époque, ses relations avec son père, le chef, Panoam, et bien d’autres événements encore comme le déluge par exemple. De temps en temps l’auteur s’amuse un peu dans les notes de bas de page en inventant des rencontres entre Noam et des personnes célèbres (ainsi c’est Noam qui aurait inspiré le personnage de Bartleby à Melville en lui parlant d’un homme qu’il a bien connu et qui répétait sans cesse « je préfère ne pas » !). Il me reste donc à voir si l’auteur tiendra ses promesses dans les 7 prochains tomes !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Je ne doute pas qu'E.E. Schmitt réussisse son entreprise au long court. Quand je l'ai découvert, lors d'une émission littéraire il y a 25 ou 30 ans, je l'ai d'abord perçu comme doté d'une remarquable intelligence. Avec ton papa, nous avons vu à Paris une pièce de théâtre avec Francis Huster dont il était l'auteur, "Le Journal d'Anne Frank" ( la petite Anne Frank était une grande écrivaine, c'est toujours avec émotion que je pense à elle - j'ai aussi visité sa maison-musée à Amsterdam). Bon week-end
Répondre