Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
monpetitcarnetdelecture.over-blog.com

Vous êtes en panne de lecture? N'hésitez pas à feuilleter mon petit carnet de lecture pour y trouver des idées de livres à lire mais aussi parfois à éviter...! Plus jeune (avant l'arrivée d'internet ! ) je résumais mes lectures dans un carnet, je me suis dit qu'un blog me permettrait en plus de partager mes impressions de lectures avec d'autres lecteurs compulsifs. Alors bonnes lectures à toutes et à tous !

Le tourbillon de la vie – Aurélie Valognes

Dans ce roman, Aurélie Valognes, tout comme Virginie Grimaldi dans Les possibles, s’attaque à un thème difficile celui du grand âge et plus particulièrement de la mémoire qui s’enfuit. Arthur a pris son petit-fils, Louis, 8 ans, avec lui pour les vacances. Il a dû batailler ferme car il n’est pas en bons termes avec Nina, sa fille, la mère de Louis. Il ne lui a évidemment pas parlé de la maladie qui le touche et qui lui fait perdre peu à peu la mémoire. Il profite de chaque instant passé auprès de ce petit Louis qui lui redonne goût à la vie, l’envie de tenir le plus longtemps possible. Mais Louis n’est pas dupe et il comprend que son grand-père a des absences de plus en plus fréquentes. Il lui propose alors une solution. Comme Arthur était comédien, il pourrait lui apprendre à jouer ce qui lui permettrait de « couvrir » son grand-père vis-à-vis des adultes en cas d’absences. Arthur devient donc le professeur de Louis et lui transmet ce qui a été le cœur de sa vie au point de l’éloigner de sa propre famille. C’est un texte touchant qu’Aurélie Valognes a écrit pendant le confinement en pensant à la solitude de ses parents et grands-parents qui ne pouvaient trouver du réconfort auprès de leurs enfants et petits-enfants. Il y est question de temps qui passe, de transmission, de l’importance de parler à ceux qu’on aime et de profiter de toutes les petites joies de la vie comme savent si bien le faire les jeunes enfants. Le thème ne s’y prêtait pas mais j’ai trouvé qu’il manquait un peu de légèreté (par rapport à celui de Virginie Grimaldi), un peu d’humour pour détendre l’atmosphère. Quelques longueurs également mais j’ai l’impression que je dis ça de plus en plus souvent dans mes articles…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article